Combien de temps dispose un notaire pour régler une succession ?

Tous savoir sur l'immobilier. Vendrez et achetez vos biens au meilleur prix.

Combien de temps dispose un notaire pour régler une succession ?

Un notaire est un officier de justice et, à ce titre, il doit exercer ses fonctions de manière professionnelle et impartiale. Il s’assurera que toutes les exigences légales nécessaires sont respectées en ce qui concerne la signature d’un document et vous conseillera sur toute question juridique potentielle pouvant découler de son contenu.  Mais combien de temps un notaire a-t-il pour régler une succession ? Dans cet article, les délais de règlement d’une succession par un notaire seront abordés.

Règlement d’une succession : un délai de 6 mois pour le notaire

Le notaire est tenu par la loi de régler une succession dans les six mois suivants le décès du testateur. Cela signifie que s’il n’y a pas de testament et que la personne décédée n’a pas d’héritiers, le notaire devra distribuer ses biens conformément à la loi.

Si une personne décède sans laisser de testament, sa succession est appelée succession ab intestat. Le travail du notaire est de trouver et de notifier les héritiers afin qu’ils puissent déposer une réclamation. Si personne ne dépose de demande dans les six mois qui suivent la date du décès, la succession revient à l’État.

Si vous êtes informé d’une succession ab intestat, vous disposez de 6 mois pour accomplir vos tâches de notaire. Vous devez :

-Rechercher les héritiers et déposer des avis auprès d’eux et de toutes les autres parties intéressées (comme les créanciers).

-Recueillir tous les documents relatifs à la succession (comme les testaments).

-Informer toute personne ayant le droit d’hériter de la personne décédée qu’elle a ce droit.

Faire appel à un notaire, est-ce obligatoire ?

La règle générale est que vous devez faire appel à un notaire. Il existe toutefois des exceptions à cette règle. Cependant, le recours à un notaire présente de nombreux avantages.

Les notaires sont formés à la loi et ont prêté serment de protéger vos droits en tant que consommateurs. Ils doivent également signer un code de déontologie chaque année. Cela signifie qu’ils n’acceptent de travailler qu’avec des clients qui peuvent se le permettre. Les frais pour ce service se situent généralement entre 10 et 20 £ par document, mais cela peut varier en fonction du lieu et d’autres facteurs.

Lorsque vous faites appel à un notaire, vous recevez la confirmation que la transaction a été effectuée correctement et avec précision. Cela peut être important si vous avez besoin de prouver ultérieurement que vous possédiez certains biens ou certaines dettes à un moment donné. Cela peut également être utile si vous avez besoin de la preuve qu’un contrat a été passé entre deux personnes qui avaient le droit de conclure un tel accord légalement. Il est important de noter que les notaires ne peuvent pas donner de conseils juridiques ni représenter quelqu’un devant un tribunal, sauf s’ils ont reçu une autorisation spéciale de leur organe directeur.

Néanmoins, si vous voulez vendre votre bien et que l’acheteur refuse de signer un acte de vente avec vous, mais accepte de le signer avec un huissier ou un avocat, vous n’avez pas besoin de recourir à un notaire. Dans ce cas, il vous suffit de notifier à l’acheteur par courrier recommandé qu’il a accepté de signer l’acte de vente avec un huissier ou un avocat plutôt qu’avec vous personnellement. Une fois cette démarche effectuée, l’acheteur doit signer et renvoyer l’acte de vente dans un délai de 8 jours, faute de quoi il sera considéré comme ayant été refusé par lui.

Accepter ou refuser un héritage : les droits de l’héritier

Lorsqu’une personne décède, sa succession doit être réglée avant de pouvoir être distribuée. Ce processus s’appelle l’homologation, et il consiste à obtenir du tribunal un mandat de représentation pour administrer la succession.

Le bénéficiaire de la succession est connu comme le représentant personnel ou l’exécuteur du testament. Il est chargé de gérer tous les actifs, de payer les dettes et les impôts et de distribuer les actifs aux bénéficiaires selon les termes du testament.

Si vous êtes désigné comme bénéficiaire dans le testament d’une personne, vous avez deux options principales :

Vous pouvez accepter l’héritage en signant un acte d’acceptation ou une traite bancaire dans les 21 jours suivant la notification par l’exécuteur testamentaire que vous avez été désigné comme héritier ou légataire dans une succession. Si vous acceptez un héritage, vous devenez responsable de toutes les dettes qui peuvent exister à son égard.

Vous pouvez refuser un héritage en refusant de signer un acte d’acceptation ou une traite bancaire dans les 21 jours suivant la notification par l’exécuteur testamentaire que vous avez été désigné comme héritier ou légataire dans une succession.

Quel est le délai d’attente d’un virement suite au décès d’un proche ?

Le temps nécessaire pour recevoir un transfert après le décès d’un être cher varie en fonction de la taille de la succession et de ses actifs. Toutefois, en règle générale, il faut compter entre six mois et plusieurs années pour que tous les biens passent par le tribunal des successions.

Le processus commence généralement lorsqu’une personne meurt sans laisser de testament ou de fiducie, ou sans héritiers légaux. Un représentant personnel doit être nommé par le tribunal des successions pour administrer la succession du défunt et distribuer ses biens conformément à la législation de l’État. Ce représentant est généralement nommé dans le testament du défunt en tant qu’exécuteur ou administrateur, mais s’il n’y en a pas, il incombe alors au tribunal de nommer quelqu’un comme représentant personnel.

Une fois nommée par le juge, c’est à vous de distribuer les biens laissés derrière vous conformément aux lois de votre État (qui peuvent être différentes de celles d’un autre État). Dans certains cas, cela signifie vendre les biens et utiliser l’argent pour payer les impôts et autres dépenses avant de distribuer ce qui reste aux membres de la famille ou aux amis. Cela signifie également qu’il faut payer toutes les dettes en cours, y compris les frais d’obsèques avant de distribuer les biens restants.

Après le rendez-vous chez le notaire, combien de temps pour recevoir les fonds ?

Le processus de règlement d’une succession est souvent long et peut prendre beaucoup de temps. Cela dépend de la taille de la succession, des personnes avec lesquelles vous traitez et de l’existence ou non d’un litige.

Une fois que tous les documents ont été remplis et déposés, il faut compter environ 6 semaines pour que la succession soit réglée. Toutefois, s’il y a des litiges, cela peut prendre beaucoup plus de temps. Plusieurs choses peuvent se produire avant que les fonds ne soient remis au bénéficiaire :

1. Le testament doit être homologué. Cela implique de déposer une requête auprès du tribunal et d’attendre l’approbation et la confirmation du greffier du tribunal.

2. L’exécuteur testamentaire doit être nommé. L’exécuteur est chargé de recueillir les biens et de payer les dettes de la personne décédée (le bénéficiaire). Il peut également être chargé de déposer des rapports annuels auprès du tribunal concernant ces questions jusqu’à ce que toutes les questions liées à cette succession aient été résolues (ce qui peut prendre plusieurs années).

3. Les créanciers doivent être remboursés avant que toute distribution ne soit effectuée à partir du compte de la succession. Les créanciers peuvent inclure les impôts dus par la personne décédée et ceux dus par toute autre partie impliquée dans ce compte de succession (comme les prestataires médicaux).

Délai d’attente pour recevoir l’argent d’une assurance décès

Le temps que vous devez attendre avant de percevoir votre capital décès dépend du type de police que vous avez souscrit et de votre lieu de résidence.

Certaines polices exigent une période d’attente pour tous les types de prestations de décès, tandis que d’autres prévoient des périodes d’attente différentes pour les différents types de prestations.

En général, il faut 30 jours à compter de la date du décès pour recevoir toutes les prestations de décès d’une police d’assurance-vie. Cependant, certaines polices exigent 90 jours ou plus avant que les bénéficiaires ne reçoivent tous les paiements.

Voici quelques exemples du temps qu’il faut pour recevoir certains types de prestations d’assurance-vie :

Prestations de décès de l’assurance-vie de base

 L’assurance-vie de base offre une couverture pour vos propres frais de funérailles et d’enterrement, ainsi que pour le coût des obligations financières courantes comme les paiements hypothécaires et les prêts automobiles. Les polices d’assurance-vie de base comportent généralement une période d’attente avant le versement des prestations de décès ; cette période d’attente peut aller de 30 jours à 180 jours ou plus, selon la police.

Prestations de décès de l’assurance-vie supplémentaire

L’assurance-vie supplémentaire offre une couverture additionnelle qui va au-delà de la couverture de base en remboursant les dettes telles que les cartes de crédit et autres prêts qui ne sont pas couverts par les polices de base. Souvent, les polices complémentaires ne comportent pas de période d’attente avant le versement des prestations de décès parce qu’elles ne couvrent pas les dettes contractées au cours de la vie.

Que savoir sur le régime de droits de succession sur les biens immobiliers ?

Qu’est-ce que l’impôt sur les successions ?

L’impôt sur les successions est un impôt sur les biens et les actifs transférés après le décès d’une personne. L’impôt sur les successions s’applique à la valeur de tous les biens, immobiliers ou personnels, tangibles ou intangibles, que vous possédez au moment de votre décès, que vous soyez marié ou célibataire, que vous viviez en Californie ou en Alaska. Le gouvernement fédéral et de nombreux États imposent un impôt sur les successions.

Le terme « succession » comprend tout ce que vous possédez, comme l’argent liquide, les actions et les obligations, les biens immobiliers et les biens personnels tels que les meubles et les bijoux. Il comprend également toutes les dettes que vous devez à votre décès.

Le gouvernement  ne perçoit pas d’impôt sur les biens transférés par testament, car ils sont considérés comme faisant partie de votre patrimoine imposable. En revanche, les biens transmis hors testament sont soumis à l’impôt fédéral sur les successions s’ils dépassent 11 millions de dollars par personne (indexés sur l’inflation). Si la valeur de vos biens dépasse cette limite à votre décès, ces biens sont soumis à un impôt sur les successions à un taux fixe ou à un taux croissant en fonction de leur dépassement du seuil.

L’impôt sur les successions varie considérablement d’un État à l’autre, tant dans son approche (certains ne prélèvent qu’un seul impôt général) que dans ses exemptions (certains n’en ont aucune).

Qu’est-ce qu’une succession imposable ?

Une succession imposable est constituée de tous les biens appartenant à un particulier au moment de son décès, y compris les biens immobiliers et les biens personnels (tels que l’argent et les actions).

Toutefois, la totalité de votre succession n’est pas imposée si elle ne dépasse pas 11 millions de dollars par personne en 2018 (22 millions de dollars si vous êtes marié). Toute valeur dépassant ces montants sera soumise à l’impôt.

Par exemple : Si une personne non mariée possède une maison familiale non habitée d’une valeur de 3 millions de dollars et d’autres actifs d’une valeur de 8 millions de dollars, sa succession imposable serait de 11 millions de dollars (même si elle n’a pas de dettes). Toutefois, elle ne paiera des impôts que sur l’excédent de valeur par rapport à 11 millions de dollars. Dans ce cas, 8 millions de dollars (11 millions de dollars – 3 millions de dollars).

Période d’imposition des successions

Lorsqu’une personne décède, sa succession doit être réglée. L’exécuteur testamentaire est chargé de recueillir les biens et de rembourser les dettes. Les notaires sont souvent sollicités pour aider au processus de règlement de la succession. Lorsqu’une personne décède, elle dispose d’un délai limité pour régler sa succession. Cette période de « droits de succession » varie d’un État à l’autre, mais elle dure généralement environ neuf mois.

Dans la plupart des États, la période d’imposition des successions dure environ neuf mois. Elle commence le lendemain du décès de la personne décédée et se termine le dernier jour du neuvième mois suivant le décès, ce qui correspond généralement à environ neuf mois après le décès.  Des exceptions à cette règle existent quelques fois.

Homologation d’une succession

Le processus d’homologation est une procédure juridique au cours de laquelle un tribunal vérifie la validité d’un testament, nomme un exécuteur et émet des lettres d’administration.

L’exécuteur est chargé de gérer la succession et de payer les dettes et les impôts dus par la personne décédée. L’exécuteur doit également transférer les biens de la personne décédée à ses héritiers, comme le précise le testament.

L’homologation est nécessaire lorsqu’une personne décède avec des biens en son nom propre ou conjointement avec une autre personne. La procédure n’est pas nécessaire si une succession ne comporte que des biens personnels, non soumis à homologation, tels que des véhicules, des meubles et des vêtements.

Aussi, s’il n’y a pas de testament, ce qui se passe dépend de votre lieu de résidence : dans certains États, vos biens seront transmis conformément aux lois sur les successions ab intestat sans passer par le tribunal des successions ; dans d’autres, les conjoints survivants bénéficient d’un droit automatique de succession.

Les droits de succession : frères- sœur- neveux- enfants

La loi sur les successions ab intestat prévoit la répartition des biens d’un défunt entre ses parents survivants. Le conjoint survivant a droit à un intérêt dans la succession, mais seulement dans la mesure où il ne dépasse pas un tiers de la totalité de la succession.

Le conjoint survivant peut choisir de recevoir cette part en espèces, ou peut choisir à la place de prendre un intérêt viager dans un tiers du revenu net de la succession pendant sa vie. S’il n’y a pas d’enfants du défunt, les frères et sœurs héritent à parts égales. S’il y a des enfants, les frères et sœurs hériteront de la moitié de ce qu’ils auraient hérité s’il n’y avait pas d’enfants.

Si vous n’avez pas de frères ou de sœurs vivants, ou si tous vos frères et sœurs sont décédés avant vous, vos neveux et nièces hériteront de vous en vertu des lois sur les successions ab intestat.

En plus de ces droits légaux, la plupart des gens laissent leurs biens à ceux qu’ils aiment en rédigeant un testament qui détermine ce qui se passera après leur mort. Un testament permet à une personne de contrôler qui recevra ses biens à son décès ; cependant, il peut aussi être contrecarré par d’autres lois telles que celles régissant les prestations publiques.

Les principales prérogatives du notaire

Le rôle principal du notaire public est de servir de témoin impartial dans l’accomplissement d’actes notariés (tels que la prestation d’un serment, d’une affirmation ou d’un affidavit ; la prise d’une preuve d’exécution ou d’une reconnaissance ; la certification ou l’attestation d’une signature ; la reconnaissance de la capacité).

Les notaires fournissent des services d’authentification pour les documents dont les signatures doivent être notariées (c’est-à-dire signées en présence d’un notaire public). Il peut s’agir de procurations, d’affidavits et de documents judiciaires.

Lorsque vous souhaitez faire authentifier un document (signé par un notaire), assurez-vous qu’il répond à toutes les exigences énumérées ci-dessous :

Le document doit être complet (toutes les pages jointes) et lisible ; il doit contenir votre nom et votre adresse complets ; il doit comporter une signature ou une marque originale du signataire ; toutes les parties doivent se présenter en personne devant le notaire au moment de la signature ; chaque page doit être signée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 5 = 4